La co-construction du collège l’Estaque en 3D

clg-estaque_122711_2

Depuis la rentrée, nous avons commencé un nouveau cycle de travail sur OpenSim avec mes élèves de cinquièmes. Le but principal étant la reconstruction du Collège l’Estaque. en voici un retour d’ expérience sur le travail accompli depuis trois mois.


1) Les premiers pas

La mise en place du serveur local ayant été réalisée il y a plus de deux ans, les nouveaux élèves ont rapidement pu tester OpenSim en local au collège et l’engouement a été immédiat. Il a conduit rapidement à une forte présence pour du travail à distance sur la Francogrid avec parfois même plus de neuf élèves en même temps ce qui est dur à gérer. Snapshot_002.resizedUne fois les bases maitrisées, les élèves se sont vites lancés dans nombreuses constructions dont cette reproduction de salle de classe en moins d’une heure à plusieurs ( sans respecter les proportions). Leurs terrains personnels virtuels se sont remplis en moins d’un mois de maisons personnelles construites de leur main.

2) La construction du collège et le travail mathématique sous-jacent.

Une fois la phase de découverte passée, le travail a pu s’organiser sur un projet fixe et des constructions imposées. La réalisation du collège a pu débuter à partir d’une vue satellite et des plans d’évacuation en cas d’incendie. J’en profite pour rajouter que les constructions sur OpenSim se font à partir d’objets mathématiques de bases ( cube,cylindre,cône pyramide) que l’on étire,tourne et texture en faisant un travail d’assemblage qui peut ressembler à celui fait dans des constructions Légotm.
Chaque élève s’est retrouvé avec une tâche précise mais distinctes suivant leurs compétences repérées auparavant. Le fait de pouvoir travailler à plusieurs sur un même lieu fait évidemment avancer les constructions plus vite certains se sont occupés de la route, du grillage,de l’escalier pour arriver au collège des trottoirs des vitres des portails … Les élèves sont postés devant leur tâche sans aide au départ et doivent réfléchir à des scénarios pour réaliser leurs constructions, un débat s’installe entre eux ou avec moi quand je passe voir leur avancée pour discuter de leurs problèmes. Et naturellement les notions vues en collège en classe emmergent car dès que l’on veut être précis en construction on utilise des mathématiques: des divisions pour placer des objets à intervalles réguliers, des symétries pour gagner du temps en constructions, de la proportionnalité pour réaliser des objets à l’échelle, du calcul mental, du repérage pour aligner des objets…. Je reviendrai sur quelques unes de ces tâches dans un post plus détaillé, voici un petit diaporama présentant différents travaux.

3) Sorties virtuelles culturelles

A l’instar du collège, des sorties culturelles avec le foyer,certains élèves ont pu assister ou visiter quelques projets culturels et artistiques principalement le vendredi soir.

  • Un peintre italien Dino Liberator est venu présenter ses tableaux et les commenter dans une galerie virtuelle
  • De nombreux élèves ont visité les régions adjacentes à leur terrain faites par l’artiste Patrick Moya qui a coutume d’exposer son travail à la fois en réel et dans les monde virtuels. D’ailleurs j’encourage les élèves à se rendre à la galerie Pentchef à marseille où certaines de ses œuvres sont exposées en ce moment
  • Une amie artiste Cherry Manga a aussi organisé un vernissage d’objets 3d réalisé en « mesh » et conversé avec eux
  • Une région créée par Jenny Bilhouise où les proportions sont modifiées donnant l’impression d’être dans un monde de type « Chéri j’ai rétréci les gosses »
  • Une exposition d’Anne Astier écrivaine et artiste transdisciplinaire marseillaise sur l’accueil des nouveaux nés

4) Points restant à améliorer

  • La communication, c’est un soucis central quand on veut travailler à distance ne serait ce que pour se donner des rendez-vous pour travailler à distance. Peu d’élèves cette année, osent s’exprimer ouvertement quand ils rencontrent des difficultés ( de connexion, de constructions) que ce soit avec moi ou avec d’autres. Les élèves ont été habitués à des cours très directifs ou la communication est verticale. Il faut apprendre à déconstruire ce modèle pour avancer . On a dans ce sens commencé en classe une série de cours sur la communication par internet où on aborde tous les médiums ( mail, réseaux sociaux, messagerie instantanée, mondes virtuels ) expliquant avantages et inconvénients de chacun, sans éviter de parler des risques et comment s’y prémunir.
  • Il faut se battre contre les fausses croyances, aller sur OpenSim ce n’est pas principalement pour jouer mais pour réaliser un objectif commun . Si le temps de connexion doit être contrôlé, priver les enfants « d’ordinateurs » c’est un peu comme les priver de leur trousse pour aller en cours.
    De plus ,les mondes virtuels ne sont pas des autre mondes « dangereux » coupés de la réalité mais juste une prolongation d’expérience réelle et un formidable outil pour apprendre,communiquer et se cultiver . Il suffit d’une connexion pour se rendre compte du formidable potentiel immersif qu’il est difficile d’expliquer par quelques mots.

5) Prospectives et évolutions futures

Il reste bien évidemment beaucoup d’objets encore à construire pour finir le collège mais voyant le collège prendre forme dans leurs mains les élèves semblent être de plus en plus motivés pour continuer. Une fois la construction bien avancée, plusieurs utilisations sont envisagées permettant d’aborder l’aspect transversal du projet :

  • Présentation par les élèves du travail accompli à des adultes
  • Réalisation de clips vidéo tournés dans sur le collège virtuel avec divers scenari possibles ( présentation du collège aux école primaires, prévention des violences…).
  • Utilisation pour faire des réunions à distance entre équipes pédagogiques ou formations d’adultes à l’utilisation d’OpenSim sur l’académie.
  • Présentation du travail réalisé sous forme d’expositions au collège ( travaux d’arts plastiques, campagne de prévention)
  • Diffusion en live sur le web d’évènements se déroulant au collège comme par exemple les spectacles de fin d’année
  • Echanges linguistiques avec des enfants travaillant sur Opensim dans d’autres pays sur ce point le partenariat avec les élèves espagnols est malheureusement au point mort vu les difficultés qu’ils rencontrent dans leur pays pour mener à bien leur projet
  • Utilisation d’une imprimante 3d couplée avec Opensim pour imprimer des objets, par exemple une maquette du collège.
Cet article a été publié dans 02-Cinquieme, 05-Atelier Sciences avec les mots-clefs , , , . Bookmarker le permalien. Les trackbacks sont fermés, mais vous pouvez laisser un commentaire.

Un commentaire

  1. Publié le 11 septembre 2014 à 14 h 26 min | Permalien

    génial !

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.